Vue sur un bassin d'eau depuis l'intérieur d'un ryokan, Japon

Ryokan et onsen : l’expérience de l’harmonie japonaise

Si vous avez l’occasion de visiter le pays du Soleil-Levant, il serait dommage de repartir sans avoir dormi au moins une nuit dans un ryokan. Et de goûter au plaisir d’un bain chaud dans un onsen, bain que vous pouvez essayer soit dans votre ryokan, soit dans un sento. C’est le cas à Kinosaki Onsen, petite station thermale japonaise où j’ai eu la chance de me rendre.

Lors de mon séjour au Japon, je me suis rendu dans la charmante bourgade de Kinosaki, où j’ai pu à la fois dormir dans un ryokan, et passé une journée pour profiter des onsens présents.

Mais tout d’abord, qu’est ce qu’un ryokan ?

Un ryokan est une auberge traditionnelle et typique du Japon. Les chambres sont souvent munies de cloisons coulissantes et d’une table basse au milieu de la pièce. Certains ryokan possèdent eux-mêmes leur propre onsen.

Et un onsen ?

Un onsen est une source thermale japonaise. Il s’agit plus généralement d’un bain en extérieur (ou en intérieur, comme dans les ryokan) provenant d’une source d’eau chaude géothermique. Le Japon étant une île volcanique, on en recense plus de 27000.

Se baigner dans un onsen fait partie intégrante de la culture japonaise. C’est un moment de détente qui apportent aussi des vertus sur la santé.

Et un sento ?

C’est un type de bain public japonais payant, que l’on trouve au nombre de 7 dans la ville de Kinosaki. C’est à peu près l’équivalent des thermes que nous avons chez nous. A la différence des onsen, l’eau est n’est pas nécessairement chauffée naturellement.

La station thermale de Kinosaki Onsen

Kinosaki Onsen est une petite ville thermale réputée dans tout le Japon pour ses fameux onsens et son décor pittoresque. La ville a tout le charme de l’ancien, avec son architecture classique articulée le long de la rivière bordée d’arbres. On pourrait dire qu’elle ressemble à un ryokan géant !

Il existe 7 établissements de bains publics dans la ville, que vous pouvez visiter à votre gré pendant la journée.

Dès votre arrivée à la gare de Kinosaki, il n’est pas rare que vous soyiez chaleureusement accueilli par un(e) hôte d’accueil de l’office de tourisme, qui vous explique (en anglais) ce qu’il y a à faire à Kinosaki, et comment se rendre aux bains publics. La municipalité a également mis en place des navettes gratuites qui vous amènent de la gare à votre ryokan. Bon à savoir, et très pratique !

Train sur le quai de la gare d'Osaka à destination de Kinosaki Onsen, Japon
C’est parti pour un voyage dans le Japon traditionnel…
Je suis accueilli à la gare de Kinosaki par une hôtesse japonaise
L’accueil japonais, tout un art!

 

Arrivée dans un ryokan : comment cela fonctionne ?

Lorsque vous arrivez à votre ryokan, on vous donne un pass (inclus dans le séjour) qui vous donne accès à tous les sento de la ville. Si vous n’en avez pas, vous pourrez toujours en acheter un à l’entrée des onsens. Et surtout, on vous fournit un yukata.

Le yukata est une tenue traditionnelle qui ressemble à un peignoir de bain, mais avec le style raffiné japonais qui va avec. Vous pourrez le porter toute la journée pour vous rendre d’un onsen à un autre.

Anecdote du yukata :

Lorsque mon hôte m’a remis mon yukata à mon arrivée dans le ryokan, je pensais que je pouvais le porter uniquement à l’intérieur de l’hébergement, dans la chambre ou pour me rendre dans le onsen de l’établissement. Or mon hôte m’expliqua après coup qu’on pouvait aussi (et surtout) le porter la journée en se promenant dans la ville. C’est donc pour cela que j’apercevais toutes ses personnes en ville se promener en yukata

Cela me donnera une bonne occasion de revenir me baigner dans des onsen!

La plupart des hôtels ont un minibus qui permet de transporter leurs clients. Vous pouvez vous arranger avec le vôtre pour qu’il vous dépose en ville le matin et vienne vous chercher le soir. A vous de vous arranger pour les horaires. C’est ce que nous avons fait, car mon hôtel, le Kinosaki Tenboen, ne se trouvait pas à proximité du centre-ville.

hall d'entrée du ryokan Tenboen, Kinosaki Onsen
Hall d’entrée du ryokan, les chaussures ne doivent pas dépasser la marche

Moi assis devant la table basse de ma chambre, Kinosaki Tenboen, Japon

 

Arrivé à votre ryokan, il faut aussi vous arranger avec l’hôte pour convenir de l’heure du repas et pour préparer la chambre pour la nuit. En effet, le soir après les repas, des femmes de chambres passent pour retirer la table basse située au centre de la pièce pour y installer les futons qui servent de couchage une fois la nuit tombée. A ne pas prendre à la légère car tout est très « carré » au Japon ! J’ai d’ailleurs une anecdote savoureuse à vous faire partager à ce sujet…

Anecdote de l’heure du dîner :

Lorsque j’y suis allé avec un ami, notre hôte nous demanda à quelle heure nous souhaitions manger le soir, pour qu’ils puissent venir préparer notre chambre pour le coucher.

En bons frenchies « à la cool » et épicuriens que nous étions, et comme nous n’avions pas un programme précis, nous avions proposé une fourchette d’horaires, par exemple « vers 18-19h ». Réponse trop approximative, erreur fatale… Dans une société très organisée et normative telle qu’au Japon, il semblerait que le « à peu près » n’ait pas sa place ici!

On voit vite à la tête de notre hôte que notre réponse vague le décontenance. Il nous redemande, tout gêné, vers quelle heure il peut passer (pour la préparation du repas et de la chambre, qui est quasiment rituelle). Mon ami et moi nous consultons mais comme nous n’avons pas vraiment réfléchi à la question, que nous ne savons pas quand nous aurons faim, et si on quitte la chambre pour aller au onsen du ryokan ou se balader etc., nous ne savons pas trop quoi lui répondre et lui adressons des réponses vagues… A ce moment là sa tête se met à se décomposer (comme si un tsunami allait s’abattre sur nous!) et nous remarquons bien que notre indécision le perturbe fortement ! Le pauvre, il en aurait presque une goutte de sueur qui lui coule du front ! On sent qu’une angoisse palpable monte en lui. Pour le coup, il en sera quitte pour une heure précise, et nous pour une grosse bouffée de rire! (après qu’il soit parti)

La situation est très cocasse et montre bien les différences culturelles qu’il existe entre le Japon et l’Occident. J’en rigole encore aujourd’hui quand je me remémore la réaction du japonais… Instant de confusion délicieux pour moi, mais beaucoup moins pour notre pauvre japonais ultra organisé!

Une journée à Kinosaki

Pour bien réussir sa journée à Kinosaki, il faut un minimum d’organisation. Car 7 onsens, cela fait beaucoup, impossible de tous les faire dans la même journée ! Sauf au pas de charge, ce qui serait totalement contradictoire avec le lâcher prise et l’atmosphère relaxante qui plane sur la ville…

Donc il est utile de choisir ceux que l’on veut visiter, et de prévoir un peu de temps libre entre deux bains. L’avantage c’est que Kinosaki n’est pas une très grande ville, tout se fait facilement à pied. Et tant mieux, car si vous devez marcher avec des getas (sandales en bois traditionnelles), vous n’irez pas bien vite!

Si vous avez une petite fringale, vous pourrez très bien vous restaurer dans un des nombreux onsens (il va de soi qu’on ne peut manger pas dans les bains). Voire pourquoi pas tester les fameux œufs durs bouillis dans l’eau chaude, les Onsen tamago !

 

Fontaine d'eau potable, Kinosaki Onsen, Japon

Planches où poser ses getas, Kinosaki Onsen, Japon
Vous avez l’embarras du choix pour choisir vos getas…
Machine pour acheter un forfait dans un sento, Kinosaki Onsen, Japon
Machine à l’entrée des sento. Difficile de choisir sa formule si on n’est pas japonais 🙂

 

Accès :

La ville de Kinosaki est facilement accessible depuis Kyoto, Osaka ou Kobe, en train ou en bus. Compter environ 3 heures.

 

Bon à savoir :

_La coutume veut que l’on enlève ses chaussures à l’entrée du ryokan. Ne pas le faire serait très mal perçu. Ne vous inquiétez pas, vous ne pourrez pas rater le meuble à chaussures près de l’entrée, et votre hôte vous expliquera la procédure à suivre.

_Les onsens ne servent pas à se laver, il faut bien se doucher avant de pénétrer dans les bains chauds.

_Avis à tous les pudiques : la nudité est de rigueur!

_Les photos ne sont pas admises dans les onsens. Il ne faudrait pas pousser le vice tout de même !

_Les tatouages sont « officiellement » interdits dans les onsens. La raison est qu’ils étaient traditionnellement l’apanage des yakuza, la pègre japonaise. Aujourd’hui les règles tendent à s’assouplir, mais on peut très bien vous refuser l’entrée si vous en avez un/plusieurs peu discret(s)…

 

Pour plus d’infos :

https://www.gaijinjapan.org/tatouage-japonais/

https://visitkinosaki.com/fr/about/

https://www.kanpai.fr/kinosaki-onsen

http://www.tenbouen.com/en/

 

Rivière, Kinosaki Onsen, Japon
Le ciel…
reflet de la rivière (photo à l'envers), Kinosaki Onsen, Japon
…ou la rivière?

 

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à profiter pleinement de ces instants de douceur! Bonne cure thermale au pays du soleil levant…

 

PS : Contrairement aux apparences, cet article n’est pas affilié. Je parle librement de mon expérience, des lieux que j’ai visités et des sites Internet que je trouve utiles 🙂

Cet article vous a plu ?

Merci de le noter!

Note moyenne / 5. Vote count:

As you found this post useful...

Follow us on social media!

2 commentaires

  • Vincent

    Oui c’est une culture très complexe au Japon, avec beaucoup de règles. Mais comme tu dis Tiphaine, ça vaut le détour de découvrir ça, et leur gentillesse facilite énormément les petits problèmes de communication 🙂

  • Tiphaine

    Ah ils sont , il sont.. comment dire ?… disons spéciaux ces japonais, mais assurément ca vaut le détour , ils sont vraiment surprenant au quotidien 🙂 allez y les yeux fermés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *