Voyager au même endroit des années après

Voyager au même endroit des années après

Si vous êtes un grand voyageur comme moi, cela a dû déjà vous arriver au moins une fois : retourner sur des lieux que l’on a déjà visité (et apprécié) dans le passé. A l’aube du retour, l’excitation est palpable ! Mais il arrive parfois que ces endroits que l’on a chéri aient beaucoup changé, au point qu’on peine à les reconnaître. Décryptage et analyse très personnelle de cette situation émotiono-conflictuelle!

C’était bien (mieux?) avant

Nager avec des tortues pour la première fois, admirer un paysage splendide, goûter un délicieux mets local attablé au bord de la mer, ou simplement faire d’incroyables rencontres avec des locaux ou des voyageurs… Autant d’expériences uniques qui laissent des souvenirs indélébiles lorsqu’on voyage !

Je n’oublie que rarement l’impression que m’a faite la visite d’un endroit la 1ère fois. C’est comme si je m’étais imprégné de l’atmosphère qui y régnait dès l’instant où j’y ai foulé les pieds. Ma mémoire spatiale étant bonne, je me rappelle plutôt bien des lieux que j’ai visité. Par exemple, je peux garder une image assez nette d’un hôtel où j’ai séjourné, de sa piscine, ou de la pièce commune. C’est comme si certains endroits étaient « photographiés » dans ma mémoire. Mais que se passe-il lorsqu’un lieu que nous avons connu a changé de visage, notamment du fait de nouvelles constructions… ?

Beaucoup de choses à vrai dire ! Dans un premier temps, la confusion s’immisce dans notre esprit… Puis passée la joie des premiers instants, une certaine nostalgie teintée de tristesse peut s’installer. C’est un sentiment étrange que de ne pas reconnaître un lieu que nous avons (bien) connu et qui nous a marqué! En le visitant une seconde fois, on fait resurgir une image qui était enfouie dans les tréfonds de notre mémoire. Et lorsque l’on confronte cette image statique -peut-être un peu idéalisée -à la nouvelle réalité, différente de celle que l’on a connue, cela est perturbant.

Souvenirs de voyage
Souvenirs, souvenirs!

 

Étrangement, je crois que notre cerveau nous joue des tours. Si on est resté sur une image positive, il y a plus de chances de la gâcher que de l’améliorer ! Du coup il n’est pas rare d’être « déçu » quand on redécouvre des lieux familiers, puisque l’enchantement a déjà eu lieu la première fois. Même si le nouveau site est beaucoup plus joli, plus propre, plus moderne, on aura souvent cette tendance à se dire que « c’était mieux avant » ! On rejette cette nouvelle réalité, loin de celle que l’on a connu dans le passé. Peut-être parce que nos souvenirs sont des biens précieux, et que notre cerveau nous dit de ne pas les « spoiler » !

Le monde change…

A vrai dire, ce n’est pas agréable de ne pas reconnaître un lieu que l’on a connu auparavant. Personnellement, les sentiments de joie que j’éprouve en retrouvant une place où j’ai passé des bons moments se mêlent à une sorte de tristesse nostalgique. Le changement physique d’un lieu nous envoie en pleine figure l’indubitable vérité que le monde change, et plus vite que nous le voudrions.

J’en veux pour exemple mon dernier voyage au Cambodge, au printemps 2017, lorsque je suis retourné sur les lieux de mes « premières amours ». C’était sur la côte sud du pays à Otres Beach, Sihanoukville et Koh Rong. Il m’en restait le souvenir d’une atmosphère plutôt simple et décontractée (à l’exception de la festive Koh Rong). Lorsque j’y suis retourné, je n’ai pas retrouvé la même atmosphère. A Otres Beach mon petit hôtel sans prétention avait tout simplement disparu ! Il avait laissé la place à un hôtel beaucoup plus moderne. Et tout autour c’était pareil, de nouveaux hôtels type « resort » avec piscine. Méconnaissable. Et seulement 4 ans après mon dernier passage.

Hotel sur le point d'être rasé à Sihanoukville, Cambodge
Il va y avoir du changement…

 

Pareil pour Sihanoukville, des nouveaux immeubles poussaient tous les jours. Quant au petit village autrefois piétonnier sur l’île de Koh Rong, il avait doublé de taille (au prix d’un vaste défrichement de la forêt) et accueilli les scooters…

Voir un lieu changer nous renvoie au temps qui passe. Et dans ce cas précis, on aimerait bien qu’il se soit arrêté ! Car on a le sentiment d’avoir perdu un peu de son insouciance et de sa candeur passée…

…Et nous aussi!

Quand on revient au même endroit, non seulement le lieu peut avoir changé, mais nous aussi. Notre état d’esprit est différent, nos idées ont évolué, nos opinions se sont affinées. Nous ne sommes plus la même personne. Du moins je l’espère, car si l’on restait la même personne toute notre vie, cela voudrait dire que l’on ne progresserait pas.

Prenons un exemple simple : on est venu à un endroit quand on avait 25 ans. On a le souvenir de s’être beaucoup amusé, d’avoir fait la fête et d’avoir fait beaucoup de belles rencontres. Si on y retourne 10 ans plus tard, nous avons changé. Nous avons gagné en maturité -je suppose- et nous éprouvons moins le besoin -à priori- de sortir faire la fête. Du coup notre expérience en sera forcément différente. Nous ne rencontrerons plus le même type de personnes, nous logerons vraisemblablement dans un autre type d’hébergement qu’il y a 10 ans (de dortoir, nous avons plus tendance à vouloir passer à la chambre individuelle^^) et nous ferons des activités sensiblement différentes. D’où un certain décalage avec l’expérience passée.

Fort heureusement, il arrive quand même d’être content de retrouver des lieux qui nous ont marqué, même s’ils ne ressemblent plus à ce que l’on a connu ! Il existe toujours de nouvelles choses à faire dans un endroit que l’on a déjà visité. Chaque visite est différente, et c’est l’expérience que l’on va vivre qui fera la différence. Même si l’on préfèrerait secrètement que ces lieux que nous avons tant aimé ne changent jamais, et qu’ils restent éternellement gravés au panthéon de notre mémoire…

Et vous, vous êtes d’accord ? Plutôt joyeux, nostalgique, ou un peu des deux ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *